1000fom.org
Image default
Santé

S’entraîner quand on est malade

Musculation en étant malade

C’est malheureusement tout autant de saison que les dindes, chapons et autres pigeons de Noël : on va bien au cours de l’hiver tomber malade… faut-il continuer l’entraînement pendant la période de récupération de la maladie ? Quelques trucs pour bien se remettre des petits tracas de l’hiver…

Au dessous des épaules

Pour faire simple, ce qui va vous pousser à prendre la décision si vous pouvez continuer ou non l’entraînement, c’est de savoir si l’infection que vous avez est au dessus ou au dessous des épaules. Si vous avez de la fièvre, ou si votre « maladie » vous affecte au dessous des épaules (maux gastriques, température…), alors c’est le signe qu’il ne faut absolument PAS s’entraîner pendant tout le temps de la maladie.

En effet, dans ce cas, le système immunitaire est déjà affaibli, le corps est déjà naturellement dans un état catabolique. S’entraîner risque donc de rendre le corps encore plus fragile et pourrait entrainer une aggravation de votre condition médicale. Il ne faut donc pas s’entraîner et se focaliser sur la récupération : repos, récupération, une nutrition saine (en mettant également votre programme alimentaire de côté) et surtout réhydratation (eau et boisson électrolytes, ou tout autre préconisation médicale). Sans vous entrainer, vous récupérerez plus vite et vous pourrez, la semaine qui suit la fin de la fièvre ou votre affection reprendre l’entraînement, avec une intensité réduite la première semaine.

D’une manière générale tout symptôme sous le cou ou généralisé doit entrainer un arrêt complet de l’entraînement.

Au dessus des épaules

Il y a tout de même certains cas où l’entraînement peut continuer. Si l’infection est localisée au dessus des épaules (simples maux de gorge, nez bouché…), sans fièvre ni maux gastriques, alors vous pouvez maintenir l’entraînement, toutefois en réduisant l’intensité et en baissant les charges de 25% (par exemple si vous travaillez avec des haltères de 20kg, alors vous réduisez à 15kg le temps de la maladie). Bien sûr, restez à l’écoute de votre corps pendant les entrainements : ne forcez pas et en cas de malaise, maux de tête ou vertige, il faut vous arrêter immédiatement. Enfin, tout entrainement cardio hyper intensif est à proscrire.

Petite précision tout de même, pour ne pas aggraver votre cas, si vous voulez courir, restez en salle, sur machine et évitez de mettre le nez dehors par les temps qui courent…

D’une manière générale, il ne faut pas tirer sur l’ambulance ! Si vous épuisez un corps déjà malade, votre état risque de se détériorer et ce qui ne devait durer que quelques jours pourrait au final nécessiter plusieurs semaines de récupération. Si vous ne voulez pas être éloigné de la salle de sport si longtemps, alors soyez raisonnable : plus vous récupérerez vite, au plus vite vous pourrez être au top et reprendre le sport. Dites-vous aussi qu’une pause de quelques jours ne peut pas faire fondamentalement de mal à l’organisme, cela lui permettra de récupérer pour mieux repartir.

Bien sûr, en cas de doute, c’est à votre médecin de tout vous dire !

A vos succès sportifs ! Et passez de très bonnes fêtes de fin d’année !

Fabien

Autres articles

Réponse glycémique, cannelle et jus de citron

Irene

Les cuissons de l’été

Irene

Les 6 caractéristiques d’une bonne séance de musculation

Irene

Mesurer ses résultats : le tour de bras

Irene

Les aliments phares qui stimulent le métabolisme

Irene

Les formes et vertus thérapeutiques du cannabis légal

sophie